• Ravage

    Ceci s’adresse à ceux qui portent haut l’aspiration du peuple au renouveau démocratique, qui entendent placer le bien commun au dessus du calcul et de la convoitise : candidats en campagne, femmes et hommes d’hémicycles, ministres et gouvernants à venir.

     

    En effet, seront-ils en mesure de percevoir la souffrance muette d’une province qui se meurt ? Et si d'aventure cela était le cas, ne leur semblerait-elle pas comme étrangère à sa propre tragédie ?

     

    Car c’est un mal pernicieux qui ronge la terre, loin des quais de Seine, du tumulte des boulevards, des murmures entendus des salons et des palais, du chant médiatique à la gloire d’un Paris éternel, et ce faisant nous plonge, nous provinciaux, dans le silence assourdissant des territoires.

     

    Ici, la parole n’est ni libre ni consentie pour qui veut affronter l’arbitraire, point de débat ni de polémique dans l’étroit réduit d’une presse locale docile et complaisante. Certes il suffira parfois qu’une grande sœur parisienne soulève quelque lourde pierre pour qu’apparaisse au grand jour le grouillement silencieux des coquins. Mais pour tout le reste, nous voici contraints au néant et à l’oubli : l’arbre de Sivens cache de bien vastes forêts, où quelques-uns s’adonnent dans l’ombre au pillage sans bornes.

     

    De sorte que notre espace commun est abandonné aux velléités cupides de quelques puissants, qui détruisent comme bon leur semble, pourvu qu’advienne le profit : grande distribution, grandes enseignes, BTP, investisseurs et autres promoteurs ont fait main basse sur notre fragile cadre de vie, et se prévalant d’un modèle économique selon eux inéluctable, dévoient l’action publique au détriment de l’intérêt général. Aussi sommes-nous les sujets captifs d’un mode de vie qu’ils auront édifié, prisonniers d’une logique marchande qui colonise nos territoires et les dévisage, où notre regard vient se heurter à l’horizon indépassable de l’hypermarché, des galeries marchandes et des villages dortoirs.

     

    Ainsi va la province, subissant la destruction de ses milieux naturels et de ses paysages, l’artificialisation des sols, l’étalement déraisonnable de l’habitat, l’extension du réseau routier et la domination sans partage de l’automobile, la disparition du petit commerce, de l’artisan et du paysan, le déclin des centres-villes, la mort des villages, le recul du lien social, l’acculturation et l’amnésie du passé. C’est sous nos yeux impuissants que sombre dans l’abîme une part de ce qui nous constitue : notre urbanité séculaire périt sous les coups de boutoir des affairistes et le consentement de bien faibles édiles distribuant à tout va un permis de construire devenu celui de détruire.

     

    Du ravage de nos territoires

    Ainsi va la main du marché qui meurtrit le sol de son maillage serré de monstres commerciaux, qui modèle nos paysages et nos vies à son image, à son gré, à ses intérêts !

     

    Nous voici devenus des Californiens sans repères, sans passé ni avenir, réfutant la ruralité dont nous sommes issus, divaguant au milieu des allées des temples de la surabondance, et retrouvant chaque soir le lotissement-dortoir qui dévore les terres et insulte l’architecture du bien vivre.

     

    Partout, d’Arras à Béziers, c’est le même standard de la laideur et de la désolation qui s’impose, cependant que nos rues et nos places affichentt le triste spectacle d’une vie qui s’en est allée : adieu cœur battant de la Cité, tes murs ne résonnent plus des clameurs ardentes !

     

    En outre, chaque jour qui passe nous éloigne un peu plus d’une transition nécessaire et irréfutable, ici où s’impose une « éco-logique » du consommateur, ce consensus magique des filtres à particules et des panneaux solaires, fussent-ils posés sur les toits de hangars commerciaux qui appellent au carbone et souillent le regard. Ah, le bel enfumage que ce verdissement de circonstance qui justifie l’étalement des habitations et des biens, où maisons à « basse consommation » et voitures à « faibles émissions » affranchissent nos consciences de tout regard critique !

     

    Du ravage de nos territoires

    Et dans ce contexte, c’est un vaste malaise qui s’étend, une sourde colère à la fois légitime et morbide quand elle se détourne des véritables causes : ne sommes-nous pas nombreux à redouter le déclassement et le chômage, à éprouver l’angoisse du changement climatique, et dans le même temps ne pas percevoir les conditions profondes du malheur ? L’aliénation n’est-elle pas d’abord invisible à ceux qui la subissent ? Ainsi acceptons-nous avec fatalité l’acculturation marchande, reprenant à l’envi le slogan de nos maîtres -il n’y a pas d’autre choix-, comme pour mieux nous résoudre aux affres des rayonnages et des têtes de gondoles, comme pour mieux nous prémunir de la menace omniprésente de rejoindre un jour la horde de ceux que ce système à la fois produit et rejette, comme pour mieux conjurer la malédiction du bitume qui défait les liens précieux du vivre ensemble.

     

    Du ravage de nos territoires

    Dès lors ne faut-il pas chercher bien loin les raisons cachées du désespoir et de la perte des repères : ployant aveugles sous le joug de la raison marchande et des modes de vie qu’elle précipite, subissant de gré ou de force le ravage de nos territoires et la négation du bien vivre, nous finissons par sombrer dans l’inavouable déni de nous-mêmes. Nul besoin de hordes d’immigrés, d’islamistes ou de profiteurs pour trouver les causes de notre faiblesse, où notre multitude inonde sans pensée ni souvenir les galeries marchandes et les hypermarchés, où progresse sans fin la non-ville : nous sommes des colonisés de l’intérieur, de pauvres erres dépossédés de leur avenir, spectateurs muets et complices du pillage sans vergogne qu’autorise l’Etat, loin, si loin des chambres parisiennes… L’ennemi n’est pas au dehors, il est en nous-mêmes.

     

    Ainsi, la crise qui nous mine est plus qu’économique, sociale, ou écologique : elle est culturelle (oserais-je dire civilisationnelle) dès lors que nous renonçons au territoire commun et à ses promesses, dès lors que l’agora délaissée cède au béton la prérogative de la pensée.

     

    Du ravage de nos territoires

    Si certains d’entre vous appellent de leurs vœux l’édification d’une nouvelle république, souhaitons qu’ils aient perçu l’urgence qui nous assiège ! Pourvu qu’ils aident à la refondation d’une démocratie au quotidien de nos campagnes ! Et qu’avec eux, nous mettions un terme à cette décentralisation contrefaite qui aura favorisé la corruption de l’action publique au bénéfice de quelques uns, l’accaparement des terres, le saccage des territoires ruraux et périurbains.

     

    Aidez-nous à renouer avec la démocratie, la parole, les souvenirs, à nous réapproprier ce bien précieux qu'est le territoire ! Une autre province est possible !

     

    Sachez du reste qu’en dépit de l’action courageuse de quelques-uns, qui d’une association de protection de la nature, qui d’un lanceur l’alerte dénonçant l'agonie d'un centre-ville, qui d’un petit commerçant ou d’un particulier résolus à empêcher la construction d'un mille et unième projet de zone commerciale, l’intérêt général ne cesse d’être bafoué par le truchement d’une législation arrangeante. Dès lors, que pèsent-ils devant la ruse des puissants ?

    Ne nous abandonnez donc pas à la solitude de nos engagements, ne nous interdisez pas l’espoir que nous forgeons de nos faibles armes : si nous sommes de jour en jour plus nombreux à explorer le chemin des liens perdus, si nos cris commencent à parvenir à vos oreilles lointaines, nous ne pouvons dorénavant plus attendre : partout en France, ce sont de nouveaux monstres qui s’apprêtent à dévorer nos terres.

    Le destin de nos territoires ne peut plus être confié à la seule volonté de hobereaux inconscients et de marchands sans scrupules. L’Etat doit réaffirmer sa présence et imposer sa raison.


  • Commentaires

    1
    Vendredi 5 Mai à 16:51

    Bonjour Barraban, témoignage poignant.
    Beaucoup à dire et en même temps, rien à ajouter.
    Une chose : l'Etat, ce sont eux qui ont favorisé ce que tu évoques.

      • Mercredi 10 Mai à 00:22

        Merci Eric !! !! !! Si je suis ici nettement moins actif qu'à une époque, ce n'est pas pour autant dans l'intention d'abandonner ce blog. Oui, le détricotage de la loi dite Royer, sous la pression des lobbies et le recul indigne des politiques (de tous bords) aura conduit à la situation actuelle. Mais nous avons tous -moi le premier-, été les complices passifs de ce désastre. D'heure en heure, de jour en jour, partout en France, le béton avance. Si bien que dans dix ans, la France ne sera plus qu'une immense zone commerciale. A nous, donc, de reprendre la main sur notre cadre de vie !

        A bientôt !

    2
    Dimanche 21 Mai à 17:32

    L'essentiel est dit et tu le dis si bien nous sommes impuissants 

    Face à ce que le Monde nous "offre" ....Bon dimanche Ami

    3
    Jeudi 25 Mai à 00:29

    Merci Betty ! Il suffirait pourtant de si peu pour changer ce monde que la cupidité contrefait...

    Bien à toi !

    4
    Philippe de Pau
    Mardi 30 Mai à 15:14

    Et bien oui, j'ai eu la larme à l’œil tant, une fois de plus, tes photos et tes textes se font l'écho de notre pitoyable quotidien. Voici un bien beau pamphlet que nos chers candidats verts pourraient reprendre à leur compte. Mais aujourd'hui, comme naguère, le pouvoir et l'argent ont partie liée. Et nos quelques élus convaincus ne peuvent plus guère agir... Alors, il nous reste la poésie et la beauté, l'art et l'écriture, avant que ne viennent la colère et la Révolution !

      • Dimanche 18 Juin à 17:41

        Le sentiment d'impuissance devant les méfaits du mercantilisme triomphant est si lourd à porter qu'il faut -question de survie- savoir trouver quelque îlot immatériel, qui permette de s'extraire des basses volontés du monde. L'amitié en est un...

        Bien à toi...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :