• Fuyant la clarté aveuglante de l'asphalte, je m'engouffrai dans cette rue sans nom, pénétrant le silence épais d'une vie qui semblait s'en être allée : pas un souffle, pas un murmure, et ce poids insoutenable de l'absence. Où donc étaient-ils tous partis ? Quel cataclysme avait bien pu les faire fuir jusqu'au dernier ?


    votre commentaire
  • Calabrun

    Aici, dins lo ser morissent

    espelísson las lagremas,

    ont l'espèr ven coma peiras

    sus los sòmis que s'atudan

     

     

     


    4 commentaires
  • Passé composé 2

    Des vestiges des jours que les vents disséminent

    en ce jardin rentré où erre ma raison

    j'extrais je consigne j'archive et parchemine

    mille éclats fossiles d'astres sans horizons.

     

    Comme le sel d'argent révèle en chambre noire

    les détails ignorés que l'ombre n'a vaincus

    je fixe en mes pages ce que je n'ai pu voir :

    force fulgurances qui publient le vécu.

     

    Débordant de son lit roulant mille galets

    j'entends je vois rugir l'Orb fou de sa colère

    quand l'orage a voulu de l'été se défaire...

     

    souvenir d'un autre dont l'art s'en est allé

    puisant aux mystères dont j'écris la brillance.

    Qui serais-je sans eux moi qui rêve en conscience ?

     

     

     


    2 commentaires