• Sans frontières

    Sans frontières

    Nous irons, esprits boiteux, égrener la poussière des chemins, partout où le temps est de biais, nous poursuivrons la diagonale du vide, au chant de l’aube, au cri du soir, nous irons dans la glace et le feu, sous les nuées, au soleil du Midi, à l’eau froide des torrents, le long des routes où frémissent les souvenirs, au cœur des villages éteints, aux porches des églises, aux arches vacillantes des ponts.

     

    Nous irons, cœurs défaits, sous la voûte constellée de promesses enfuies, loin des places fortes et des palais perchés, vers ces contrées que protègent les frondaisons, et nous couchant sereins dans les maisons sans portes, à l’antre noire des cavernes, sous le ciel des clairières, nous entendrons sonner l’onde claire des mondes déchus.

     

    Nous irons, épuisant la nuit, lardant le jour de nos lames blanches, délivrés du temps qui aliène, nous les gueux, les nuisibles ou les faibles, nous marcherons sur les vestiges égarés des possibles, nous devancerons les traces invisibles de ceux que nous aurions été, défrichant les voies que de sombres volontés abandonnèrent aux ronces.

     

    Ensemble nous referons les places fourmillantes de vie les ateliers les boutiques les bals et les fêtes, et réduisant les frontières aveugles, nous forgerons le partage nous scellerons la justice universelle nous écrirons la langue confraternelle qui unit le monde.

     

    Et dans les hautes herbes battues par le vent du soir s’abîmera l’horizon glauque des autoroutes et des rond-points, sous les feux ardents de l’espoir pourrira la tôle des zones marchandes, et la terre féconde engloutira les pavillons sans âme.

     

    Foin des cupides qui menèrent le monde, ils s’éteindront dans le pâle souvenir de leurs allants égoïstes !

     

    Nous reprendrons alors le chemin de nos rêves...

    Je te revois déjà, toi qui n’es pas, assise à la table où nous aurions tant reçu. A tes côtés une enfant dont la voix claire serait comme fontaine en mon cœur, une enfant aux yeux de jais étincelants dans la douce pénombre. Dans cette maison sans adresse où nulle route ne mène, en son écrin de prêles et de vertes fougères, tu tiendrais ma main.


  • Commentaires

    1
    Philippe de Pau
    Lundi 19 Décembre 2016 à 11:18

    Cher  Barraban, voici un texte qui m'a tenu en haleine de bout en bout.

    Il est si bien servi par cette photographie mise en scène comme un théâtre de rue. Continue ainsi, la République des gueux est en vol !

    2
    Mardi 3 Janvier à 00:38

    Quel plaisir que de découvrir ton commentaire ; bien négligent que je suis, j'en prends connaissance bien des jours après qu'il fût écrit !

    Bien à toi, l'ami, le frère !

    3
    Jeudi 12 Janvier à 20:40

    Bonjour Barraban,

    Que l'année t'apporte au quotidien petites joies et grands éclats de rire, douceur, légèreté , rencontres profondes, découvertes inédites et tout ce qui fait ton essentiel.

    Un régal de lire à mon compagnon cette langue poétique qui se déroule comme la crosse d'une fougère et aromatise l'ouïe de saveurs raffinées. Il a goûté et aimé. Comment résister d'ailleurs ?

    Je te souhaite une agréable soirée.

    Marie

      • Jeudi 2 Mars à 19:22

        Merci infiniment Bleu Ebourriffé ! Votre commentaire me touche au plus haut point. Mille excuses pour cette réponse tardive !

    4
    Dimanche 7 Mai à 14:37

    Blog percutant merci ....Je compte revenir

      • Mercredi 10 Mai à 00:20

        Merci pour ta visite Betty ! Au plaisir de te "revoir" !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :