• Sommeil de verre

    Il est non loin d'ici une contrée perdue, parcourue de forêts profondes, frissonnant de la multitude des murmures qui couvent et se tapissent à l'ombre épaisse des frondaisons, et sur laquelle le temps n'a d'autre emprise que le rythme immuable des saisons : quand on y pénètre, on ne saurait dire si c'était hier, aujourd'hui ou bien demain...

    En s'enfonçant toujours plus loin dans ce dédale végétal, le promeneur égaré y peut découvrir, à l'éclat soudain d'une clairière ou peut-êre d'un rêve, un mur austère que transperce une grille de fer. Ici, la forêt amadouée par quelque indiscernable raison ne se livre pas pour autant comme un jardin, elle conserve tout son mystère : elle est en son centre ceinte de pierre.

    Le regard du curieux, du solitaire, qui parvient un jour à en trouer le voile, perçoit un autre mur, une autre enceinte : c'est une haute demeure enchâssée telle un secret dans un écrin de songes.

    Qu'y trouverait-on si d'aventure il était possible d'en franchir les paupières closes ? Devrait-on dans la pénombre des voûtes soulever le couvercle d'un lourd coffre de chêne, faudrait-il entrouvrir une porte tout au fond d'une galerie incertaine ? Aurait-on à se glisser furtivement à l'intérieur d'un cercueil de verre ?

    Et moi, fugitif d'un autre monde combien plus âpre et cruel, n'y viendrais-je pas puiser à la source éternelle de ma propre enfance ?

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Mardi 10 Novembre 2015 à 19:04

    Une poésie à la très belles langue qui mène à un voyage imaginaire bercé par la musique des mots.

      • Mercredi 11 Novembre 2015 à 23:43

        Heureux de t'avoir embarquée dans ce voyage végétal.

        Bien à toi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :