• Sous la caresse du jour qui décline en nuances changeantes

    comme autant de soupirs que recouvrent les ombres,

    survient en un instant le règne éphémère

    de l'équilibre des tons :

    harmonie fragile du chaud et du froid

    où soudain avenir et passé donnent à se confondre.

    Et dans ce glissement du rapport au temps,

    c'est le présent qui s'estompe...

     

     Alors peut-on observer le monde,

     détaché

     des souffrances qui empèsent,

    des volontés qui échappent,

     des contingences absconses...

     

     Moment fugace à vrai dire... et rien pour suspendre ce qui s'enfuit déjà :

    les ténèbres puissantes ont tôt fait d'accomplir leur oeuvre gloutonne,

    il s'agit de reprendre le cours indomptable de la vie.

    A l'horizon, un cargo poursuit sa route sous les étoiles naissantes :

    comme elles il ne sera bientôt plus qu'un point lumineux plongé dans l'encre noire.

     Et quelque part au loin, les clameurs d'une fête qui appellent à la rejoindre...

    [à suivre, peut-être...]

     

     

     

     


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique