• Village

    Dans mon village revenu, je n'ai trouvé que des ombres.

    Fantôme parmi les fantômes, j'ai erré dans les rues mortes,

    comme on s'égare dans un songe ancien.

    Et qu'à midi sonne le glas d'un bonheur perdu !

    Places désertes, devantures muettes et façades condamnées, silence pesant de l'oubli.

    Enfuies les hautes clameurs des écoliers, les rencontres à l'ombre épaisse des tilleuls,

    évanouies les conversations enlevées, les fâcheries, les réconciliations,

    disparus les hérauts truculents, les conteurs d'étoiles, les sages, les gueux et les fous !

    De tout cela, et de bien plus encore, plus rien ne demeure,

    sinon quelques reflets d'opale sur les murs austères.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :